UNE DERNIÈRE COURSE

A M B I A N C E R   D E U X   S O L I T U D E S

S Y N O P S I S

La rencontre la nuit, dans les rues de paris, à l’heure d’une dernière course, entre un chauffeur de taxi à bout de souffle (Jonathan) et une femme dont le mari vient de décéder le jour même (Lahna). En direction de l’hôpital pour rejoindre son défunt mari, Lahna va demander à Jonathan de faire un détour et de retourner sur les lieux où elle a des souvenirs avec son mari.

“Une dernière course” est un court métrage tendre, sensible, dur parfois mais surtout plein d’humanité. C’est l’histoire de deux personnes que tout oppose et qui vont vivre l’un des moments les plus marquants de leur vie. Ce genre de rencontre qui nous reste à jamais dans la tête.


B A N D E   A N N O N C E


E X T R A I T S


extrait II


extrait III & IV

Une dernière course

19 min – France – Sept 2016

Un film de Sergio Do Vale

Musiques originales Étienne Gauthier

Casting :
Tassadit MANDI
Sergio Do Vale
Stéphane COULON

Chef opérateur : Yves KOHEN

Prod – Slyks Production

W O R K

Pour ce film, Sergio m’a totalement donné “carte blanche”. J’ai senti, en parcourant le scénario, que les deux personnages étaient des enfants. Lui, seul avec son taxi, elle, seule avec le vide créé par la disparition de son mari. J’ai traduit cela en musique par des voix angéliques qui côtoient un violoncelle, cf extrait I. Avec des notes de piano perlées au milieu des rebonds de clarinettes basses , cf extrait II.

J’ai accompagné la scène finale, qui se passe devant l’hôpital, par une flûte orientale (Ney) comme le symbole de l’envolée de l’âme de son mari. Cette flûte trilogue avec une voix incantatoire d’homme qui souligne l’origine orientale de la cliente. Un piano en notes égrainées représente la France. L’ensemble illustre le mariage possible de deux êtres de culture différente, deux vies qui n’en font qu’une cf extrait III.

Pour le générique de fin j’ai arrangé le standard américain “Go to sleep little Baby” , (Va te reposer petit enfant) cf extrait IV.

J’ai tellement vibré pendant les séances d’enregistrement avec la Chorale universitaire de la Sorbonne, le Ney, avec la voix de Safa REZA, les guitares bleues d’Alexis DIDIER, la voix unique de Shugga ROSENBLOOM.

C’était très fort, merci à toutes et à tous !


E X T R A I T S

extrait I


extrait II


extrait III


extrait IV