11 M, LE JOUR SANS NOM

T R A V A I L L E R   L E   S O U R D ,   L E   S I L E N C E

S Y N O P S I S

source franceinter.fr “affaire sensible”

Dans la matinée du 11 mars, dix bombes explosent dans quatre trains de la banlieue de la capitale de l’Espagne.

C’était au cœur de l’été. Les 17 et 18 août dernier, à Barcelone et à Cambrils, sur la côte catalane, en Espagne. Deux attaques terroristes à la voiture-bélier, revendiquées par l’organisation État islamique, faisaient seize victimes.


E X T R A I T ” J T “

De nouveau, ce sentiment terrible, où se mêlent l’horreur d’un drame et son cortège d’images, connues, trop vues, à travers l’Europe, ces derniers mois, de Nice à Berlin, en passant par Londres…Un événement qui en rappelle un autre. La dernière fois que l’Espagne avait été touchée par le terrorisme, c’était en 2004, dans un autre contexte, mais déjà l’effroi…

Le 11 mars de cette année, dans la matinée, dix bombes explosent dans quatre trains de la banlieue de Madrid, la capitale espagnole. Le bilan, terrible, plus de cent quatre-vingt-dix victimes et des milliers de blessés. Les images, l’attaque coordonnée et massive, la traque des terroristes plongent l’Espagne et la communauté internationale dans la stupeur.

Parce que ce drame survient dans un pays confronté au terrorisme basque depuis près de quarante ans, qu’il a lieu quelques jours seulement avant les élections générales, parce qu’il frappe l’Europe, trois ans après les attentats du World Trade Center, et que la réaction du gouvernement d’alors pose question : cet événement est une rupture de notre histoire récente.

W O R K

Pour ce film, j’ai exploré les bruits sourds et les textures. Le silence après l’impact, le souffle, le battement du cœur. Le vivant caverneux après le choc traumatique de l’attentat. Comme illustré par le générique en extrait plus bas sur cette page.

11 M, le jour sans nom“. Les Espagnols ont ainsi surnommé le 11 mars 2004.

Ce jour-là, à Madrid, 7 bombes placées dans 2 trains ont tué 191 personnes et en ont blessé près de 2000. Un an après, ce documentaire tente un état des lieux. 8 % des Madrilènes ont fait une dépression. Parmi les blessés, beaucoup subissent encore des opérations ou des rééducations douloureuses, d’autres sont guéris physiquement mais pas moralement.

11 M le jour sans nom

52 min / France / France 5 / avr 2007

Réalisation / Patrice THOMAS
Montage / Nicolas Baudry d’Asson

Musique originale Étienne Gauthier

Prod / MAXIMAL NEW TV